lundi 30 juin 2014

Derniers coups de coeur avant l'été

Lundi 23 juin, une fois encore, la table de la bibliothèque croulait sous les livres et Danielle rappelait qu'elle animait pour la dernière fois une réunion du club.
Voir du pays de Delphine Coulin a suscité le débat ; toutefois ce roman qui met en scène deux jeunes amies Lorientaises qui s'engagent,comme on part pour l'aventure,dans l'armée et la guerre en Afghanistan et se retrouvent au coeur d'une violence destructrice, y compris de la part de leurs compagnons d'armes, est jugé bien noir, même si le récit sonne terriblement juste.
Le roman de Serge Joncour, L'amour sans le faire, a en revanche touché tout le monde. Il réunit, de manière sensible et pudique, des écorchés de la vie : Louise, venue rendre visite à son fils qu'elle a confié à ses beaux-parents, comme pour les aider à rester vivants après la mort brutale de leur fils préféré, son mari. Elle retrouve dans la ferme familiale qui s'est figée dans le temps, Franck, revenu après de longues années d'absence vers des parents vieillissants et blessés par le décès du fils. La lumière de l'été, les rires d'un enfant, peuvent-ils être à nouveau promesse de vie? Coup de coeur unanime.



Le cas Eduard Einstein de Laurent Seksik a lui aussi suscité une adhésion unanime. Le titre a la sécheresse  de l'intitulé d'un dossier d'un dossier médical ; pourtant le destin d'Eduard, fils du génial Albert Einstein et personnage central du roman,  nous touche profondément.
Jeune homme brillant, pianiste doué, il envisage une carrière de psychanalyste quand on diagnostique sa  schizophrénie. Il entre à 20 ans dans un hôpital psychiatrique en Suisse et y finira ses jours. Isolé dans ses angoisses et ses douleurs, il est bouleversant :"Il n'y a pas de place dans le monde pour un autre Einstein".
Sa mère l'accompagnera, comme elle pourra, toute sa vie.
Il serait facile d'accabler le père volage qui a émigré aux Etats Unis pour échapper aux foudres des nazis. Mais ce n'est pas si simple...Il a eu tous les courages pour soutenir la cause des noirs, aider à la création d'un état juif, mais rendre visite à son fils dont la maladie le tétanise est au-dessus de ses forces de père démuni devant ce "problème sans solution". Un roman passionnant riche d'émotions dans un contexte historique, médical, politique évoqué sans lourdeur.

Tout autre est Le silence de Jean Guy Soumy qui a reçu le prix 2014 des Lecteurs du Télégramme.
Nous sommes aux Etats Unis et Jessica, chercheuse en littérature, spécialiste du poète breton Armand Robin, fait face au suicide incompréhensible de son mari, Alexandre, sommité mondiale en mathématiques. Celui-ci a toutefois semé des petits cailloux (des vers d'Armand Robin) qui permettront à sa femme de reconstruire un puzzle et de comprendre la radicalité violente du geste d'un époux qui s'est condamné au silence.
Que connaît-on de ceux dont on partage la vie ? Ce roman nous confronte à cette question cruciale en nous entraînant avec élégance dans une construction qui nous prend comme celle d'un polar. Certaines ont beaucoup aimé, d'autres , moins...
D'autres livres sont encore sur le circuit de lectures. Nul doute que le Lundi 1er septembre (14H.), ils seront à leur tour objet de débats à l'occasion de la réunion de rentrée.

lundi 16 juin 2014

Eric Simard captive son auditoire...

Vendredi 12 juin, les élèves de la classe de CM1 de Johanne Arevalo ont rencontré l'auteur de Roby ne pleure jamais, roman qu'ils avaient largement classé en tête lors de la séance de vote.
Une séance en bibliothèque leur avait ensuite permis de découvrir que cet auteur écrit certes des romans de de science fiction pour de jeunes lecteurs, mais aussi bien autre chose, y compris dans un tout autre genre (Allo Jesus, ici Momo) ainsi que des livres pour les plus grands et même pour les adultes.
Eric Simard a su établir le dialogue avec beaucoup de simplicité et les enfants se sont lancés dans une très longue série de questions spontanées.
L'échange a été d'une très grande richesse et l'auteur a su leur faire percevoir ce qu'était une création littéraire en s'aidant de ses 8 versions successives d'un même roman et d'un petit objet magique susceptible de prendre de multiples formes ...
Peut-être des élèves tentés par l'écriture se souviendront-ils un jour de son invitation :
"Lis tes ratures".

En tout cas, il fut très difficile de mettre un terme au flot des questions et les élèves, souvent agités pour certains d'entre eux, ont séduit leur visiteur par la pertinence de leurs questions et leur sincérité.

Une vraie rencontre, donc...

samedi 14 juin 2014

Un magicien nommé Zaü...


Les enfants de la classe de Florence Souron (CM2) ont d'abord fait la rencontre de Zaü par le biais de ses illustrations dans Martin et Rosa, un album de la sélection de Dis-moi ton livre qui leur était destinée.
Ils ont ensuitedécouvert en bibliothèque la diversité de son talent lors d'une séance dont blog a témoigné.
Le jeudi 12 juin, il était très attendu par les enfants qui l'ont d'abord interrogé sur son travail d'illustrateur et il leur a expliqué, au tableau et de manière illustrée cela va de soi, la manière dont il s'inscrit dans la chaîne de réalisation d'un album.
Il a ensuite transformé la classe en atelier et conduit la réalisation d'une longue fresque à l'encre de Chine, chacun des enfants étant contraint de coopérer avec son camarade dessinateur de l'autre côté de la table mais aussi avec celui de gauche et de droite.Tout cela a donné une oeuvre collective dont les auteurs sont à juste titre très fiers.


La séance s'est terminée sur un moment magique de silence absolu : Zaü a réalisé devant son public plein d'admiration deux magnifiques dessins, laissant ainsi un autre très beau souvenir de son passage à l'école et à la bibliothèque.

mercredi 11 juin 2014

Le Club de lecture se promène aussi...

L'île Tudy bruissait d'animation ce samedi de Pentecôte à l'occasion du festival La mer monte.
Dans ce contexte, un parcours conté sur les pas du héros  de Jean-Luc Nativelle dans Le promeneur de la presqu'île (Prix 2013 des lecteurs du Télégramme) a permis à un groupe lecteurs passionnés de flâner dans les ruelles ou en bordure de mer et de retrouver les maisons dont la description ouvre chacun des chapitres .
Un plaisir partagé, une occasion  de réflexion également : non , un auteur ne se contente pas de "copier" la réalité, il la retravaille dans la perspective de son projet littéraire!

La présence chaleureuse de celui-ci, assumant lui aussi la lecture d'un passage, éclairant ses choix, occupera bien évidemment une place particulière dans le souvenir que les lectrices du Club présentes garderont de cet après-midi ensoleillé.

vendredi 6 juin 2014

Chouette, de la couleur à la bibliothèque...


Depuis le 2 juin et jusqu'au 12, la bibliothèque accueille 5 magnifiques reproductions grand format d'illustrations empruntées à des albums publiés par les éditions Rue du monde invitées au Festival Rêves d'océans . Une chance, les élèves de Tréméven connaissent en effet déjà bien cette maison d'édition qui a publié nombre d'albums présents, au fil des ans, dans les sélections de Dis-moi ton livre mais les adultes peuvent avoir, eux aussi ,plaisir à découvrir ces oeuvres colorées .
Sont, par ce biais, mis à l'honneur  : Nathalie Novi, Véronique Joffre, Laurent Corvaisier, Vanessa Hié et Zaü.




Ce fut l'autre jour un bonheur de préparer la venue de celui-ci dans la classe de CM2 en découvrant la diversité des albums qu'il a illustrés sous la protection du dromadaire coloré sorti de Une cuisine grande comme le monde, tout exprès pour nous...