mardi 14 janvier 2014

"Question de genre", une exposition sur les chemins du succès...


Samedi matin11janvier, avait lieu  l'inauguration officielle de cette exposition composée de 16 portraits singuliers, point d'orgue d'un long travail conduit au sein d'un Club Unesco au lycée Roz Glas de Quimperlé par 12 filles et 4 garçons, sous la conduite d'Annie Sow, conseillère principale d'éducation. Leur thème d'étude au cours la dernière année scolaire a été celui des discriminations sexuelles, d'où l'intitulé de l'exposition présentée dans la salle municipale à l'initiative de la bibliothèque.
Les jeunes présents ce matin là ont tous témoigné de leur engagement dans ce projet qui les touchait de manière très personnelle puisqu'ils étaient invités, après des semaines d'information et de réflexion, à écrire un court texte dans lequel ils se projetaient dans une personne du sexe opposé, puis à l'incarner (avec l'aide des élèves de la section Coiffure du lycée Marie Lefranc) avant d'être photographié. Pas évident.
Ils ont souligné les bénéfices retirés de leur implication dans ce projet : maturité plus grande, conscience bien plus claire des manifestations de ces discriminations, au total des acquis pour devenir des adultes respectueux de l'autre . Avec bon sens, le seul garçon présent soulignait en effet que, même quand on a su adopter des attitudes féminines pour un portrait, on reste un garçon ! La photo au naturel, qui accompagne le portrait du personnage choisi et le texte personnel comme une signature, le revendique d'ailleurs clairement tout en permettant de mesurer l'importance bluffante de la transformation réalisée.
Tous sont très fiers du chemin qu'ils ont parcouru et expliquent le succès de l'exposition par son originalité , par la sincérité dont témoignent leurs textes, par l'écho qu'elle trouve dans l'actualité ( le film de Galienne « Guillaume et les garçons à table »pour ne citer que cet exemple).
Le portraitiste, Christian Scaviner, soulignait quant à lui le challenge représenté par sa participation. Il ne connaissait pas les textes des élèves, a dû installer son studio au lycée, réaliser ces 16 portraits en 2 heures, être en conséquence absolument concentré et réactif pour saisir l'essentiel, la personne, derrière le rôle adopté par chacun. Il a manifestement relevé le défi avec talent comme l'attestent ces très beaux portraits en noir et blanc.
C'est sans doute parce que chacun avait l'impression d'avoir gagné quelque chose dans l'aventure que l'atmosphère était si chaleureuse samedi matin dans la salle municipale.
L'exposition, qui termine son circuit dans les bibliothèques du réseau de la COCOPAQ, est en place jusqu'à vendredi 18 janvier (18heures), avant de partir pour le parlement européen à Bruxelles, une consécration légitime.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire